Un poisson en avril… on en parle ici.

Retrouvez Marie Desbons et Jean-Marie Robillard ce week-end à Épinal à l’occasion de « Zinc Grenadine ».

Toutes les infos ici.

Sayaka Abe et Eric Sanvoisin, les auteurs de « Un poisson en avril

Ling dédicace « Les perles de Jade »

François Delecour, Ling, Jean-Marie Robillard et Grégoire Cazier (assis).

“Les perles de Jade”, album écrit par Gaëlle Callac et illustré par Xu Hualing sort à l’occasion du salon de livre de Montreuil. Petite présentation…

Jade passe quelques jours de vacances chez sa grand-mère. Un jour, celle-ci lui montre sa boîte à bijoux. Éblouie par un collier de perles, Jade ne peut s’empêcher de le dérober afin de l’essayer. Cet emprunt se transforme vite en catastrophe et plonge la petite fille dans l’embarras…

 

Gaëlle Callac signe son 4 ème album personnel aux éditions du Buveur d’encre après “Marguerite”, “Céleste une étoile dans la nuit” et “Salammbô et Aimé un air de liberté”.

Tout comme Xu Hualing après “Le sommeil Esquimau”, “L’étoile de Grand’Pa” et “Cerise et ses amis, au rythme des saisons”.

Rencontre avec les auteures :

Gaëlle Callac

Bonjour,

Les perles de Jade” est un livre autour de l’Image. Peux-tu nous en dire plus…
- Lors des vacances chez sa grand-mère, Jade découvre un tableau : un portrait à l’huile de sa grand-mère peint à l’occasion de ses vingt ans.
Elle est impressionnée par sa beauté, mise en valeur par un collier de perles qui lui confère un port de tête pour ainsi dire royal…
Jade l’admire à tel point qu’elle aimerait lui ressembler… C’est ce désir qui la pousse ensuite à dérober le bijou. Elle veut juste l’essayer…

Cet emprunt la plonge dans l’embarras…
- Oui, car elle va l’abîmer… elle devient prisonnière de l’objet… et s’enferme ensuite dans son mensonge. S’ensuit alors une grande culpabilité.

Mais ne dévoilons pas toute l’histoire…
- Oui, la seule chose que j’aimerais ajouter c’est que c’est un livre sur le pouvoir de l’image, la culpabilité, transmission, l’héritage, le non-dit, le pardon…

Xu Hualing

Bonjour Ling,

C’est le quatrième livre que nous réalisons ensemble. Cette fois, au vue de l’éventail de techniques que tu pratiques, nous avons choisi d’un commun accord, et contrairement aux autres livres réalisés ensemble, de concevoir un livre avec une technique dite traditionnelle : la peinture à l’huile.
En quoi ce choix, as-t-il été simple ou non pour la réalisation des planches ? Quelle a été sa valeur ajoutée ?
- C’est la première fois que je réalise un album à la peinture à l’huile. Cette technique m’est très familière. J’ai commencé à travailler la peinture à l’huile à l’âge de seize ans puis à l’école des beaux-arts en Chine et je n’ai jamais arrêté depuis. Mais bizarrement j’ai démarré le métier d’illustratrice à la peinture numérique. C’est pour cela que je suis très contente de réaliser un livre enfin exclusivement à la peinture à l’huile, c’est un plaisir ! Car une image réalisée à la main est plus chaleureuse et vivante. Pour moi avec cette technique on peut créer une subtile profondeur qui donne une vie plus riche à l’image.
 

L’univers du livre est un peu figé dans une époque. Disons qu’il a un côté suranné. Comment t’es-tu documentée pour créer cette grand-mère simple et stylée à la fois ? Pour inventer “Jade” ? Et aussi ce portrait qu’elle admire tant et qui inconsciemment la pousse à dérober le collier ? Quelles ont été tes sources d’inspirations ?

- Au début de la création du livre j’ai imaginé 3 styles de grand-mères : une drôle, une très moderne et une élégante. Finalement on a choisi la grand-mère élégante qui correspond mieux avec l’ambiance du livre. Je me documente principalement sur Google image, j’ai regardé plein d’images de vieilles dames et à la fin je me suis arrêté sur les photos de la top-model âgée Carmen Dell’Orefice. Je suis fascinée par sa beauté, il y a quelque chose de mystérieux dans ses yeux. Le portrait de la grand-mère jeune venait aussi d’une vieille photo d’elle jeune. Quant à Jade, son image sort de mon imagination tout naturellement, une petite blonde mignonne, jolie et un peu coquine en même temps.

Qu’est-ce qui t’a séduit dans le texte ?
- Ce qui m’a séduit dans cette histoire c’est le désir d’être belle, Jade a envie d’être belle comme sa grand-mère, ça me rappelle mon enfance, les rêves d’une petite fille.

 

Tout au long du livre tu as utilisé les mêmes gammes de couleur : rose, bleu… As-tu conçu ce scénario coloré à l’avance ?
- Oui, j’ai essayé de peindre les couleurs de l’été,  j’avais envie qu’on puisse sentir l’odeur de l’été à chaque page.

Quels sont tes projets pour 2014 ? Tu poursuis ta collaboration avec La marelle en papier mais as-tu d’autres projets dans l’édition ?
- Ma priorité pour l’instant est de me replonger dans des recherches personnelles, faire des séries de peintures en vue d’expositions futures.

Informations pratiques :

Titre : Les perles de Jade
- Gaëlle Callac
& Xu Hualing -
32 pages - 24 cm x 28 cm - 16 euros - Novembre 2013 - Dès 5 ans - 9782914686587



Mercredi :
Sayaka Abe : 18h30/22h

Jeudi :
Jean-Marie Robillard : journée complète
Xu Hualing : 14h/16h


Vendredi :
Jean-Marie Robillard : journée complète
Franck Prévot & Judith Gueyfier : 13h/15h
Xu Hualing : 15h/19h
Sophie Chaussade & François Delecour : 17h/19h

Samedi :
Jean-Marie Robillard : journée complète
Xu Hualing : journée complète
Sayaka Abe :  11h/14h
Carole Gourrat : 14h/16h
François Delecour & Sophie Chaussade : 15h/16H

Dimanche :
Jean-Marie Robillard : journée complète
Sophie Adde : 10h/14h
Marie Desbons : 10h/11h30
Carole Gourrat : 10hà 12h
Eric Sanvoisin & Sayaka Abe : 14h/16h
Helène Leneveu : 17 h/19H


Lundi :
Jean-Marie Robillard : journée complète
Xu Hualing : journée complète
Sophie Adde 10h/12h
Sayaka Abe : 14h/16h

Nous serons présents dès demain sur la foire du livre de Francfort. Nous vous invitons à venir nous rencontrer sur le stand du BIEF : H6.1 A114.

A très vite.

« Older entries